DAY TRIP À HIMEJI: CHÂTEAU, JARDIN ET LE DERNIER SAMOURAÏ

Je me rappelle avoir entendu dire d’Himeji que c’était une ville où il ne fallait passer que quelques heures, car il n’y avait que son célèbre château à visiter, et rien d’autre. Mais bien sûr, comme je ne me contente pas des on-dit, il a fallu que j’aille vérifier par moi-même. Mon verdict? Oui, quelques heures à Himeji suffisent, si vous êtes le bon touriste de base venu pour prendre la même photo que tout le monde et faire demi-tour juste après…

Par contre, si une visite dans une jolie ville du Kansai à taille plus « humaine » qu’Osaka et avec plusieurs lieux encore négligés par les touristes vous branche, une journée à Himeji sera à peine suffisante! Lors de mon voyage en solo au Japon en octobre dernier, ce fut la destination de mon premier jour de visite, et je me suis tout simplement régalée! À tel point que j’ai failli rater mon train de retour pour Osaka et qu’il m’a fallu héler un taxi en quatrième vitesse pour arriver en catastrophe 4 minutes avant le départ. Oui oui, j’ai un gros problème avec les horaires, et au Japon ça ne pardonne pas!

DSC_0033
Iku yo! C’est parti!

 

  • SE RENDRE À HIMEJI:

Située à seulement 45 minutes en Shinkansen(=train à grande vitesse), Himeji est l’endroit idéal pour un day trip depuis Osaka, aussi connue comme la ville du « Kuidaore » (= se ruiner par un excès de nourriture! Une devise qui me parle! ^^).

Vous pourrez vous renseigner sur les horaires en consultant le site Hyperdia et réserver votre billet dans n’importe quel guichet de la compagnie JR (qu’on trouve dans toutes les grandes gares japonaises, pas celui de Dallas! #blaguepourriebonjour). J’ai payé environ 7000 yens (c’est-à-dire 7000 FCFP ou 58 euros) pour un aller-retour avec un siège réservé. Ce n’est pas donné, mais il faut savoir que de toute façon, le transport est l’un des plus gros pôles de dépense lorsqu’on voyage au Japon (si on bouge beaucoup bien sûr!). De plus, sachez que cela vous coûtera moins cher si vous prenez un siège non-réservé ou si vous avez en votre possession le Kansai Day Pass.

20171009_111802
N’oubliez pas votre petit goûter kawaii avant d’embarquer dans le train! 🙂
  • CHÂTEAU D’HIMEJI:

DSC_0042

En arrivant à la gare d’Himeji, vous n’aurez aucun mal à trouver le château qui a rendu la ville célèbre: en prenant la sortie principale, c’est droit devant! Vous apercevrez même le château depuis la gare, puisqu’il vous faudra environ 10 minutes pour vous y rendre à pied.

Icône du patrimoine culturel japonais, le Château d’Himeji, aussi connu sous le nom de Château du Héron Blanc, est le premier monument du pays qui a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est également considéré comme un trésor national, et on peut aisément comprendre pourquoi lorsqu’on admire sa silhouette immaculée resplendissant au soleil. Et plus on s’en approche, plus les détails qui font tout son charme se révèlent, notamment les statues de poissons qui ornent ses toits, et qui sont des symboles censés protéger le château du feu.

DSC_0054
Vous voyez ces petites cornes sur les toits? Ce sont les fameux poissons protecteurs!

DCIM100GOPROGOPR3391.JPG

DCIM100GOPROG0223443.JPG

En vous rendant jusqu’au pied du château, vous trouverez une vaste cour d’où on peut voir la ville d’en haut. La vue est magnifique, et j’aurais bien aimé y être au coucher du soleil car ça doit être encore plus beau! Par contre, je n’ai pas visité l’intérieur du château car il y avait une foule pas possible, et j’ai préféré passer du temps à explorer les stands de nourriture la ville plutôt qu’à faire la queue! Mais avec les explications d’un bon guide (papier ou humain), on peut se faire une idée de la vie des seigneurs féodaux de l’époque et des stratégies de défense pour lesquelles le château était un élément-clé.

Comme chaque lieu célèbre du Japon, le château a sa petite mascotte kawaii, la princesse Shiromaruhime, une petite bouille toute mimi coiffée du château lui-même, et à laquelle je n’ai pas pu résister au moment du passage par la boutique de souvenirs!

20171010_121546
J’adore dépenser mon argent dans des ramasse-poussières kawaii, pas vous?

Concernant le billet d’entrée, je vous recommande de prendre le combo Château + Jardin Koko-en, qui vous coûtera 1040 yens.

  • JARDIN KOKO-EN:

DSC_0065

À deux pas du château, découvrez ensuite l’art mondialement reconnu des jardins japonais au Jardin Koko-en. Peu importe le nombre de jardins que j’ai visités au Japon, je suis toujours fascinée par le souci du détail et la minutie avec lesquels nos amis nippons façonnent des paysages censés reproduire la nature: entre les bassins où se promènent des carpes koï aux couleurs éclatantes, les cascades, les arbres impeccablement taillés, les bourgeons de fleurs, les abris en bois et les petits ponts de pierre sous lesquels s’écoulent paisiblement de jolis cours d’eau, on en prend plein les yeux, et on comprend vite que ce serait IMPOSSIBLE à reproduire chez soi pour le commun des mortels! (Enfin, je parle surtout pour moi qui arrive à peine à maintenir mes plantes en vie!)

Lors de ma visite, étonnamment, il y avait très peu de monde et j’ai pu profiter pleinement de l’ambiance zen et des différents jardins qui composent le complexe: jardin des fleurs, des bambous, des pierres, etc. Et pour parachever l’expérience zen, rien de mieux qu’un petit tour par la maison de thé où vous pourrez déguster un authentique thé vert préparé dans la plus pure tradition, accompagné de mochis ou autres friandises japonaises super kawaii!

DSC_0060

DSC_0063

20180408_102331
Le thé vert traditionnel est fluo, avec de l’écume et un goût extra-fort qui pourra surprendre lors d’une première fois! Mais je vous conseille de réitérer l’expérience, moi je n’avais pas pu finir la première fois tellement c’était fort, et depuis je suis devenue accro.
20171010_132625
Petite glace vanille-matcha pour récupérer après une matinée de marche! #EatClean #OuPas
  • MONT SHOSHA:

DCIM100GOPROGOPR3512.JPG

 

Après un passage par les restaurants situés sur le trottoir d’en face pour votre déjeuner (moi j’avais opté pour l’option « pique-nique déambulatoire »: brochettes ,nouilles soba, mochis et glace au thé vert, tout un programme!), prenez le bus pour vous rendre au Mont Shosha, et plus exactement au temple Engyo-ji (le trajet en bus dure environ 20 minutes si ma mémoire est bonne). J’ignorais complètement l’existence de ce complexe monastique jusqu’à ce que j’arrive à Himeji et que je découvre qu’un de mes films préférés y avait été tourné: Le Dernier Samouraï!

Si vous ne l’avez pas vu, je vous conseille de mettre rapidement la main dessus pour y découvrir une belle histoire sur fond de Japon féodal, petit village de montagne, fraternité et valeureux samouraïs! Ma scène préférée, celle qui me met immanquablement la larme à l’oeil, est celle du magnifique Ken Watanabe et de sa réplique lorsqu’il regarde les fleurs de cerisiers pour la dernière fois… Bref, j’en ai déjà trop dit, je ne veux pas trop vous spoiler!

DCIM100GOPROG0263508.JPG

Du pied de la montagne, vous pourrez accéder au temple soit en faisant une randonnée paraît-il assez abordable, soit en prenant le téléphérique, option que j’avais choisie car il ne me restait que peu de temps avant de devoir retourner à la gare. Le ticket de téléphérique aller-retour coûte 900 yens.

Une fois au terminus, la balade se poursuit avec un quart d’heure de marche sur un chemin de terre bordé d’une trentaine de statues représentant Kannon, bodhisattva de la compassion. La grande porte Niomon signale alors le point d’entrée de cette terre sacrée. Il est dit que toute personne visitant le mont Shosha sera purifiée corps et âme (ça peut pas faire de mal, tiens…).

Lorsque je m’y suis rendue, une fois encore, j’ai été étonnée de ne rencontrer que peu de visiteurs, et quasiment aucun touriste parmi eux. L’ambiance était vraiment à la sérénité et au recueillement… Bon, en vrai, moi je me faisais mon film en m’imaginant en héroïne du Dernier Samouraï, contemplant les alentours depuis le sommet du temple le plus élevé aux côtés de mon cher Ken Watanabe, à deviser de fleurs de cerisier et de l’impermanence de la vie, mais après chacun son délire hein! ^^

DCIM100GOPROG0253495.JPG
« Et là, Ken me prendrait la main et me demanderait ce que je veux pour le dîner de ce soir, et je lui répondrait des crevettes tempura… » #PasTouteSeuleDansMaTête

DCIM100GOPROGOPR3486.JPG

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura donné envie de visiter cette fascinante ville d’Himeji, et je suis persuadée qu’il y a encore bien plus à y découvrir pour qui prend le temps d’y rester et d’observer…

Mata ne minna-san!!!

LRM_EXPORT_20180726_194909

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :