OUI, JE SUIS EN COUPLE ET J’AIME VOYAGER SEULE. ÇA POSE UN PROBLÈME?

(Article publié dans Mademoiselle L.)

« Mais du coup, tu pars SANS ton chéri? »

Je les entends d’ici les questions rhétoriques, accompagnées de regards étonnés, parfois, et souvent, de pensées désapprobatrices, auxquelles j’ai eu droit lorsque je suis partie en vadrouille pour l’Europe et Bali en mode solo, et auxquelles j’aurai certainement droit très prochainement, lorsque je reprendrai le chemin du Japon avec pour seuls amis mon sac à dos, ma Gopro et mon trépied (nous irons cependant rejoindre nos potes les ramens!)

Car oui, je ne suis pas dupe; là où j’entends « Mais tu pars sans ton chéri? », il faut souvent comprendre « mais qu’est-ce que tu vas f***re sans ton chéri au bout du monde? », ou encore « mais vous allez vous séparer ça va vous deux? »

Alors autant mettre les choses au clair tout de suite: oui oui, nous deux, ça va, et même, ça roule. J’ai la chance d’avoir trouvé la perle rare qui me complète parfaitement, une espèce de fusion de Khal Drogo, Mac Gyver et Eric Judor croisés avec un poussin, qui rit à mes blagues pourries, me fait me sentir comme une reine et soutient mes nombreux projets qui partent dans tous les sens. Il est aussi mon meilleur compagnon de voyage, et je ne compte plus les merveilleux périples qu’on a vécu ensemble, et ceux qu’on projette de faire.

DCIM100GOPROG0092081.JPG
Cinqueterre en duo

Mais voilà, il se trouve que j’aime aussi voyager sans lui, ce que j’ai fait dernièrement en traversant la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, le Japon et une partie de Bali sans lui. Cet amour que j’ai pour l’aventure, il le connaît et le respecte. Et étonnamment, même au 21ème siècle, il semblerait que c’est un concept qui en froisse encore certain(e)s.

Et je l’avoue, moi-même, face aux questions un peu déplacées de certains, qui souhaitaient savoir pourquoi je partais seule, j’ai très souvent fait l’autruche, par flemme de développer ou crainte de l’incompréhension, et me suis contentée de répondre: « Il devait venir, mais au dernier moment, il a dû annuler à cause du travail. » (Coucou les amis à qui j’ai répondu ça! Je vous aime bien quand même! #N’assumePas)

Alors oui, effectivement, je ne dois d’explication à personne, et je pourrais très bien garder ces considérations pour moi-même et continuer à donner à mon entourage Calédonien la réponse politiquement correcte, mais dans une société insulaire où je peux compter sur les doigts d’une main mes copines qui osent voyager seules, je pense qu’il n’est pas sans intérêt d’expliquer pourquoi je tiens à continuer de voyager sans mon homme, ce que cela m’apporte, et pourquoi j’encourage fortement toute femme financièrement indépendante à le faire.

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous chanter « Who Run the World? » car Beyoncé le fait mieux que moi (et on connaît toutes la réponse! Haha), mais bon, vous avez cliqué sur mon titre super accrocheur, donc c’est parti pour le Pourquoi du Comment:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Guete morge d’Interlaken en Suisse!
  1. POUR (RÉ)APPRENDRE À ME DÉBROUILLER SEULE:

En voyage, il est plutôt rassurant d’avoir son compagnon à ses côtés pour râler pour nous épauler en cas de pépin inattendu, comme quand on se perd, quand on arrive pas à trouver l’emplacement de son logement Airbnb ou quand on se retrouve avec une carte bleue capricieuse (NB: ne pas essayer de payer dans une station italienne avec un vieux reste de vatus qui traîne dans le porte-monnaie… ça ne marche pas! ). Mais il est doublement gratifiant de se rendre compte qu’on peut résoudre toute seule, comme une grande, la plupart de ces problèmes, et de se sentir ainsi l’âme d’une vraie aventurière (bon OK, je suis loiiiiin du niveau « Mike Horn », mais je suis tout de même contente de mes petites victoires sur le labyrinthe du métro japonais, de ma capacité à me débarrasser seule d’individus un peu trop entreprenants et de mes facultés de survie à Venise sans carte bancaire! Dans ces cas-là, le petit-déjeuner de ton auberge de jeunesse devient ton meilleur ami!)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
J’ai tenu promesse à Venise: pas de tour de gondole pour Bibi, on le fera un jour à 2!

2. ALLER VERS LES AUTRES:

Parce qu’il me semble que la richesse du voyage, ce n’est pas juste la découverte de monuments, de jolis parcs et de délicieuses spécialités locales, mais aussi la rencontre avec les habitants du coin, leurs mentalités, opinions et traditions, j’apprécie particulièrement mes voyages en solo dans la mesure où ils m’incitent davantage à engager la conversation avec ces gens, que ce soit pour leur demander des infos ou simplement pour faire la conversation. Lorsqu’on voyage à deux, on a souvent tendance à ne parler qu’à son partenaire la plupart du temps, et à ne pas ressentir le besoin d’aborder des inconnus. De même, il est plus facile d’engager la conversation avec d’autres voyageurs, ce qui m’a souvent permis de recueillir des infos et astuces super utiles pour mes visites, et même parfois de me faire de nouveaux amis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notting Hill, Londres

3. NOUS AVONS DES ENVIES ET EMPLOIS DU TEMPS DIFFÉRENTS:

Du fait de nos métiers respectifs, il se trouve que nous n’avons pas les mêmes fenêtres de liberté pour partir en voyage. Étant enseignante, j’ai la chance d’avoir beaucoup plus de temps libre que lui, et dès que j’en ai l’opportunité, je profite donc de ce temps pour découvrir le monde. C’est certainement égoïste, mais je me vois mal passer mes vacances à la maison juste parce que lui ne peut pas partir. Après, je peux comprendre que tout le monde ne partage pas ce point de vue, mais c’est un choix, et je pense qu’une femme n’a pas à culpabiliser parce qu’elle laisse son homme seul deux ou trois semaines… C’est peut-être plutôt un souci de confiance dans certains couples, mais ça, c’est une autre histoire… et l’absence de voyage en solo ne règlera certainement pas ce genre de problème. Il en va de même pour nos envies de voyages, Monsieur est plus branché grandes villes/modernité et moi plutôt nature/petits villages traditionnels. Il n’est donc pas toujours simple d’accorder nos violons sur nos itinéraires, alors qu’en mode solo, je suis rarement en déaccord avec moi-même… quoique. #Schizo #Gollum

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Palazzio Pamphilj à Rome

4. SE SÉPARER POUR MIEUX SE RETROUVER:

Ah le bonheur des retrouvailles! Je pense que sur ce point-là, on tombera toutes d’accord: le train-train quotidien peut avoir tendance à émousser la lame de notre passion, que dis-je, atténuer la flamme de notre ferveur amoureuse (quoi, je ne vous avais pas dit que j’étais aussi poète à mes heures? XD), et le fait de prendre un peu de distance permet de mieux se rappeler pourquoi on est si bien avec sa tendre moitié, pourquoi il nous manque, mais aussi de revenir avec plein d’histoires et anecdotes à partager avec lui. Bon j’avoue, je finis toujours par saouler le mien avec mes récits de voyage! MAIS, nos retrouvailles sont aussi l’occasion de nous montrer plus attentionnés l’un envers l’autre, de mieux apprécier nos qualités et ça, c’est quand même bien sympa! (J’utilise un euphémisme car on a peut-être des lectrices mineures parmi nous, hein! Mais je ne vais pas vous faire un dessin! XD)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
À ne plus refaire: Disneyland Tokyo seule, la déprime assurée quand tout le monde vient en famille ou en amoureux! #LessonLearnt

5. SE RETROUVER SEULE FACE À SOI-MÊME:

À l’heure du tout numérique et du « tout mieux que tout le monde, tout de suite », il est facile de s’étourdir et se perdre dans une vie qui défile un peu trop vite, entre le boulot, les engagements à honorer, les soucis à régler, le temps qu’on essaye d’accorder à ses amis et sa famille en ayant toujours l’impression que si on gère bien l’un de ces pôles, on en néglige un autre… Et quand est-ce qu’on souffle VRAIMENT alors? Chacun(e) sa méthode: pour certains, c’est la méditation, pour d’autres, la randonnée en pleine nature, le sport, la danse, la peinture, etc. Et pour moi comme pour de nombreuses adeptes du solo trip, être loin de tout, et regarder mon monde de l’extérieur à travers le filtre du pays visité et de ses pratiques différentes des miennes, c’est ce qui me permet de me retrouver et de faire le point.

DSC_0235-01
En batik à Bali (et une allitération sans faire exprès, une! XD)

6. J’ÉTAIS UN ÊTRE À PART ENTIÈRE AVANT DE LE CONNAÎTRE:

Et oui, ça non plus il ne faut pas l’oublier mesdames! Chacun arrive sur cette terre seul et en repart seul. Quid des jumeaux et des suicides collectifs me direz-vous? XD Bon, on ne va pas jouer sur les mots, vous avez certainement saisi le concept: même si votre cher et tendre vous complète parfaitement, vous aviez bien une personnalité, des aspirations et des rêves à VOUS avant de le rencontrer, non? En ce qui me concerne, j’ai toujours aimé me lancer des défis, et même si je suis complètement fusionnelle avec mon chéri en temps « normal », je ne souhaite pas occulter la partie « aventurière » de ma personnalité et je reste fidèle à mes valeurs en poursuivant mon petit bonhomme de chemin de mon côté, une fois de temps en temps…

Je comprends bien sûr totalement que des personnes plus branchées « vie tranquille en famille » n’aspirent pas du tout à voyager seules, car après tout, chacun a sa façon de trouver son bonheur… Mais si cet article vous a fait réfléchir et a réveillé une petite étincelle en vous… Et bien, il est peut-être temps de (re)tenter l’expérience!

DSC_0311_1-01

 

Et vous, qu’est-ce qui vous motive à voyager seule? ou qu’est-ce qui vous en empêche? N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires, et à partager l’article avec vos amies qui risquent de s’y reconnaître!

11 commentaires sur “OUI, JE SUIS EN COUPLE ET J’AIME VOYAGER SEULE. ÇA POSE UN PROBLÈME?

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour ce partage d’expérience et quel courage! Un article très bien écrit qui donne envie de lire car marqué d’authenticité. Une belle invitation à une redécouverte de soi-même dans un monde qui ne nous en donne pas forcément le temps! Ce qui nous donne à réfléchir !!! Très passionnant j’adore !

    J'aime

    1. Merci beaucoup! Super contente si l’article t’a donné envie de prendre un moment pour réfléchir à tes envies de voyage, peut-être en solo qui sait! C’est une expérience pas forcément simple quand on se lance mais qui nous apprend énormément sur nous-mêmes! 😊

      J'aime

  2. Article ON TOP! Bon moi, pourquoi? Bah ma foi, je suis célibataire 😂 CQFD!
    Mais surtout parce que tu as entièrement raison quand tu soulignes le fait « qu’il faut s’accomplir »! Mes voyages en Australie, Espagne, Angleterre, France m’ont bien fait comprendre qu’il n’y a RIEN de plus anthropologique que d’y aller ALONE!
    Bravo pour cet article! Et bisous sur vos narines les Koalas😘

    J'aime

  3. Salut..Bon, je suis un mec mais je comprends et j’aime ton article, vraiment très bien écrit avec une superbe philosophie de vie.
    Actuellement, je voyage aussi seul à vélo tout en étant marié ( famille 3 enfants) . Je suis parti sur 13 mois depuis le 1 avril 2017. Ce qui me plait dans le voyage en solo (tu dois apprécier aussi) est de ressentir un bien-être total en vivant à fond la passion du voyage. Pour cela, pour être dans un bien être total, je me suis fixer 3 règles d’or que je suis d’une façon très naturelle d’ailleurs !: 1) Vivre à fond l’instant présent sans penser à la minute suivante
    2) Suivre spontanément mes envies ( elles peuvent changer plusieurs fois dans la journée..et d’une façon instinctive)
    3) Pas de contraintes. » Il faut jamais que je me dise IL FAUT faire ceci ou cela « .. ( c’est dans cette 3 ème règle perso, le seul , il faut que je me dis!)
    Merci pour ton article.
    ( Fb: Velovadrouille Mimile)

    J'aime

    1. Salut Mimile! 🙂 (rien que le nom me met la banane ^^)
      merci pour ton com, je trouve que tes 3 principes sont super! J’avoue que pour la règle 3, j’ai du mal lorsque je visite un nouveau pays, j’ai l’impression qu’il y a certains endroits à faire absolument (même si je me rends bien compte que cette idée émane des diktats des réseaux sociaux), et seulement après, je me lâche et vadrouille au hasard. Et ce sont vraiment ces moments-là où je m’éclate et apprends le plus!
      Mais bon, après il y a tout de même des endroits ultra-touristiques qui valent le coup d’oeil malgré tout, donc bon, les réseaux sociaux et guides ne sont pas si inutiles que ça… si on ne s’y limite pas!
      En tout cas, un voyage en vélo, c’est pas banal, tu dois en vivre des aventures! Je vais de ce pas regarder ça sur FB 😉
      à bientôt sur les routes alors!

      J'aime

  4. Super cet article ! Je voyage aussi solo, et je trouve que c’est là la meilleure façon de découvrir un pays, de s’immerger dans sa culture, de rencontrer les locaux… Et puis c’est pour moi l’occasion de prendre du temps pour moi, de penser à plein de choses, de faire ce que je veux. Last but not least, comme tu le notes, je trouve qu’on apprend beaucoup en voyageant seul(e) (vive l’écriture inclusive !).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :